Des mathématiques pour visualiser les relations ancestrales entre échantillons d’ADN, par Olivier François (TIMC) et Flora Jay (LRI)

Une nouvelle méthode mathématique pour l'analyse d'ADN ancien est publiée cette semaine dans Nature Communications.
 

    Nature comm

Issu des travaux d'Olivier François enseignant-chercheur de TIMC-BCM et de Flora Jay chargée de recherche au LRI, Laboratoire de Recherche en Informatique, après une thèse à TIMC, l'article présente une approche novatrice pour l’analyse de l'ADN ancien.

L'étude de l’histoire évolutive des populations anciennes, leurs migrations passées comme leurs relations avec les populations modernes, bénéficie des avancées récentes en paléo-génomique.

La force de ces travaux est de s'appuyer sur des recherches interdisciplinaires, mêlant génomique des populations, calcul de probabilités, anthropologie moléculaire, nouveaux algorithmes et programme open-source pour développer une méthode apportant une meilleure analyse des séquences d'ADN ancien.

L'approche proposée fournit une représentation visuelle des échantillons d’ADN ancien de sorte à refléter leurs relations ancestrales. Elle pallie certains problèmes liés à la dérive génétique qui limitaient jusqu'à présent l'analyse des données. Elle a ainsi permis de révéler de nombreux détails concernant la structure génétique des populations européennes, détails masqués dans les méthodes précédentes.

   article Nature

 

Une belle réussite et un exemple remarquable de travaux de recherches interdisciplinaires qui vont permettre d'apporter de nouveaux éléments dans l'étude évolutive des populations humaines et de nombreuses autres espèces.


bullet Plus de détails avec :

bullet Les auteurs :

Olivier François
olivier.francois [at] univ-grenoble-alpes.fr (olivier.francois@univ-grenoble-alpes.fr)
Enseignant-chercheur au Laboratoire TIMC,
Université Grenoble Alpes, CNRS, Grenoble INP, VetAgroSup
  

Flora Jay
Flora.Jay [at] lri.fr
Chargée de recherche au Laboratoire de Recherche en Informatique,
Université Paris-Saclay, CNRS, Inria